)Une autre évolution doit être notée: l'essentiel de ces fonds s'investissait dans la promotion et le marketing (parfois de façon exagérée comme l'a illustré la faillite retentissante de boo.com) beaucoup plus que dans les développements techniques (Brian Jacobs de St Paul Venture Capital).Cette tendance pourrait s'inverser avec le développement d'entreprises plus technologiques liées au développement des infrastructures à haut débit et des logiciels plus techniques (intranets, Internet nomade, technologies optiques, CRM, KM, cryptage, reconnaissance vocale, places de marché, ASP,...)Même évolution en France légèrement décalée dans le temps puisque les investissements du capital risque dans les start-up sont passés d'après Chausson Finance de 675MF en 1998 à 2,27Milliards en 1999 dont 79% dans les NTIC et 12% dans les biotechnologies et sur les seuls 9 premiers mois de 2000 ce n'est pas moins de 5,7 Milliards de F qui ont été investis dans des start-up pour conforter le développement des leaders du B to C (Kelkoo (200 MF), Aquarelle, Rue Du Commerce, Canal Web,...) et financer l'émergence des 3 secteurs aujourd'hui les plus porteurs (indicateur Leonardo-Digital Business · et l'Internet mobile avec de nombreuses petites opérations symptomatiques d'un marché en phase de démarrage et qui cherche encore sa voie avec Ubiki (50MF), Webraska (70 MF), Vox Mobili avec Woo Zwoo (5 MF), Mobipocket (9 MF), Aladdino, Mobiclick, K-Mobile, Pagesmobiles, Arkadia Netsystems, Wokup, Cybernomade, Front Sales.com, Internet Télécom, In Fusio, (6MF), Fin Go, Scoot.com, (5MF) Freever...

ivillage dating doyenne-18

Une équipe d'un millier de "e-business leaders" sont mis en place.

Chacun des cadres dirigeants (lui compris) se voit désigner un tuteur de moins de 30 ans.

D'autres comme Thomson, Hewlet Packard ou IBM, encouragent les "spin-off" et Toyota a créé une société totalement en marge des structures (VVC : Virtual Venture Company) avec une quarantaine de jeunes cadres (moyenne d'age 36 ans) pour créer éventuellement une nouvelle marque plus "jeune" échappant ainsi aux réseaux traditionnels et capable de mieux tirer parti des nouvelles possibilités offertes par l'internet"nous encourageons également la filialisation de certaines découvertes, les start-up étant plus à même de lancer rapidement des produits commerciaux" Paul Horn, patron de la R&D d'IBM : au début des années 1990 une étude interne avait montré que moins de 5% des travaux de recherche débouchaient sur le marchéCertaines fonctions ne peuvent être assurées que de façon totalement intégrées à l'entreprise (relations client, approvisionnement, intelligence économique, ingénierie simultanée, intégration des ERP, ...) mais d'autres peuvent être traitées en "périphérie" de l'entreprise (places de marché, ventes sur internet,..) : Ils confient leurs propres développements Internet bien souvent à des filiales ad hoc vivant au rythme et selon les modalités de fonctionnement de la nouvelle économie ce sont soit des "start-up internes", soit de jeunes entreprises rachetées mais qui conservent leur modes de gestion: l'effondrement des valeurs Internet a permi cette année aux entreprises traditionnelles de s'attacher des équipes expérimentées à bon compte (avec cependant le risque de retarder la nécessaire transformation en profondeur de l'entreprise elle-même)"il est en effet extrêmement difficile de passer d'une organisation basée sur les "fonctions" à une autre basée sur les missions, à un mode de management où il faut donner du sens et pas seulement des directions, "il faut que le manager soit capable de fédérer au service des enjeux du client plutot que toute autre condition de statut, de pouvoir ou de hiérarchie" (Bernard Dufau Pdg IBM France), Le handicap de notre culture profondément marquée par notre tradition paysanne avec un attachement très fort à la notion de territoire, de patrimoine et de frontières est dans ce domaine un fort handicap supplémentaire pour nos grands groupes On peut effectivement constater que tous les leaders dans les secteurs nouveaux sont de jeunes entreprises "qui ne pensent qu'à ça" (les "barbares").

Elles n'ont pas d'inertie interne à vaincre, elles n'ont rien à perdre et elles bousculent allègrement les structures établies : Amazon.com, e-trade, Springstreet.com, Dell computer, Onsale, Autobytel, Yahoo!

Worldcom, Qwest, Level3, Cisco, AOL, e-bay, e-loan, EMC, Siebel, ariba...

prise de contrôle, la plus grosse (et de très loin) OPE mondiale (avec 129 Milliards de dollars) a débuté comme entraîneur de basket puis dans l'hotellerie: il est dorénavant le premier opérateur mondial par sa capitalisation (290 Milliards de dollars) dépassant ATT (250 Milliards), et transporte la moitié du trafic Internet mondial Celui de Qwest, Phil Anschutz, (créé il y a 2 ans elle atteint une capitalisation de 29 Milliards de dollars en janvier 99 et est en phase de prise de contrôle de US West pour 35 Milliards) venait d'une entreprise de Chemin de fer On les appelle aussi les "Dot.com", car pour mieux marquer leur option totale pour l'Internet elles ont intégré le ".com" dans le nom même de leur marque : Amazon.com, , fromages.com,quote.com, boursier.com, (industrie du mariage), Xoom.com, Moreover.com, promosdujour.com, startupfailure.com,..parler de la ville de Halfway dans l'Oregon qui a décidé de changer son nom pour celui de Half.com!

Ils viennent de décider d'interconnecter leurs systèmes informatiques pour mieux informer leurs clients Nous écrivions en 1999 "Les ECN sont actuellement sur un rythme de doublement trimestriel (Le Monde 16 sept 99) et pourraient ainsi rendre sans objet les négociations entre les "grandes" bourses européennes (qui ne seraient peut-être pas nouées aussi rapidement en l'absence de la menace qu'ils représentent)" le lancement d'une OPA hostile du Suédois OM Gruppen, créateur de l'ECN Jiway, sur la Bourse de Londres, qui a brisé l'alliance i X avec Francfort, est une cinglante confirmation de ce pronostic et une illustration de l'avance prise par les pays Nordiques dans ces domaines Philippe Lemoine coprésident du directoire des Galeries Lafayette déclarait au Monde "des entreprises ne s'y sont lancées que pour ne pas arriver à la réunion des analystes financiers sans un projet Web quelconque sous le bras.

Il y a des tas de gens qui y sont allés sans conviction et qui ont pris le risque de perdre de l'argent et de ne pas savoir pourquoi ils le perdaient. Malgré des résultats financiers remarquables ces groupes, dans le secteur bancaire par exemple ("qui restent en France dans une stratégie défensive" (Cambridge Technology), se trouvent avec des valorisation moitié moindre que celle de concurrents dont les investisseurs ont le sentiment qu'ils ont véritablement pris conscience des enjeux C'est un euphémisme de dire que ni les grandes banques, ni les grandes bourses, ni les constructeurs automobile, ni les grandes maisons de disque, ni les leaders de la distribution pharmaceutique n'ont été les visionnaires de leur domaine De plus en plus de grands groupes, prenant la mesure du danger, après une première phase de condescendance pour ces jeunes étudiants, commencent à créer des fonds de "corporate venture", sur le modèle des entreprises américaines (Intel dispose d'un portefeuille de 300 sociétés) pour être présents au capital de ces nouveaux venus et disposer ainsi d'un poste d'observation des évolutions en cours sans les étouffer prématurément dans leurs lourdes structures en les rachetant (Cisco considère que 30% de ses innovations proviennent de ses acquisitions, souvent préparées par des prises de participation)Vivenditure (Vivendi associé à d'autres industriels européens et américains), Auriga (Rhône-Poulenc, Danone, AXA), Innovacom Denis Champenoiset Technocom (France Télécom), Dassault développement Benoit Haber (Pdt)Luc Lechelle (500MF gérés), Thomson CSF Venture Jean-Michel Barbier, Flavius investissement (LVMH), Club de développement (Pinault Printemps Redoute), [email protected] (groupe Arnault), @viso Daniel Scolan (Vivendi, et le groupe japonais Softbank de Masayochi Son), Air Liquide Ventures, e Bertelsmann (Bertelsmann doté de 1 Milliard de dollars),de même pour EDF, le CEA, Alcatel, Chrysalead incubateur de Danone, Bull Internet Incubator,...

Il n'en reste pas moins que toutes ces technologies ont façonné le paysage économique et que de nouveaux leaders sont apparus et que l'on est jamais revenu à la situation antérieure Il semble que là comme ailleurs le "phénomène internet" se traduise par une accélération du temps, une accentuation de la hauteur de la vague, suivi, quasi mécaniquement, par une amplification du creux La même semaine une PME de quatre ans d'âge, Excite, se vendait plus cher (6,7 milliards de dollars) qu'une grosse entreprise centenaire très convoitée, Volvo (6,3 milliards de dollars) et Yahoo!